photo C. Mérigot
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pour lire le début en pdf cliquer ici

Avec peu de bagages

Chronique de l'exode républicain espagnol

 

Jesús Arbués

(en français)

Texte de la pièce "Ligeros de equipaje"

Traduction : Jean-Claude Dutilh et Teresa Sas, 2018

Prix Littérature 2019 au Salon du Livre pyrénéen

Mention Plumes de Fébus 2019 au Salon d'Orthez

 

prix : 10,00 euros, frais de port : 2 euros

Disponible en France et Belgique dans un

délai moyen de : 3 à 5 jours

 

ISBN : 978-2-916306-22-3

102 pp, format : 12 x 16,5 cm

éditeur : La ramonda

Le livre : LIGEROS de EQUIPAJE. Crónica de la retirada, traduit en français sous le titre "Avec peu de

bagages" a été représenté pour la première fois le 27 septembre 2013 à l’Espace Robert-Hossein

de Lourdes. Une production de Viridiana, S. L.

La pièce est construite sur des nouvelles et des témoignages d'Espagnols ayant traversé la frontière

française en 1939. Ce livre est la traduction française de l'œuvre, précédée d'une introduction où

l'auteur explique la génèse de celle-ci.

 

L'auteur  : Jesús Arbués Biec

Diplômé d’études supérieures en Art Dramatique (Direction et Dramaturgie) de l’Institut du Théâtre

de Barcelone. Il a déjà créé une vingtaine de spectacles qui ont donné lieu à plus de 2500

représentations, aussi bien en Espagne qu’à l’étranger et a obtenu de nombreux prix et distinctions.

 

Article d'Annick Hilaire (Salon du Livre d'Aure et de Sobrarbe) !

Encore un livre sur la guerre d’Espagne et la retirada penserez-vous ? Oui, mais c’est un écrit « coup de poing » à lire absolument ! La forme est inhabituelle - c’est une pièce de théâtre - , le format est très court - moins de 100 pages. Et pourtant, tout est dit :
- les raisons de cette « retirada » qui a jeté sur les routes des milliers d’espagnols qui fuyaient le régime franquiste en 1939 : le refus de sa condition , les convictions, les divisions voire les trahisons, parfois au sein même des familles, la terreur, les emprisonnements, les éliminations …
- le chemin de l’exode : la souffrance physique, l’abandon (de la vie qu’on laisse derrière soi, d’ hommes, de femmes et d’ enfants trop nombreux, de valises trop lourdes ...), les pillages « le commerce du malheur », les bombardements, les morts...
- l’accueil mitigé des français : la propagande, la méfiance, les camps près des frontières, la perte de sa dignité pour un morceau de pain …

Le petit-fils questionne le grand-père qui n’a jamais voulu raconter … jusque-là. Mais aujourd’hui les souvenirs affluent car il n’a rien oublié. On ne peut pas oublier : « Cela te reste gravé dans la tête. »
Ce grand-père, quel homme est-il au fond ? Lâche ? Courageux ? Assassin ? Coupable ou innocent ? … Toutes ces notions sont bien relatives et c’est le lecteur qui à son tour se questionne : qu’aurais-je fait à sa place ?

«… Bien sûr, je le sais maintenant, toi tu le sais maintenant. Moi j’ai vécu la guerre, toi tu as lu l’Histoire : c’est toi qui auras toujours raison. Dans l’Histoire on sait ce qui va se passer, dans la vie non. Qui va gagner, qui sont les bons, qui … Dans la guerre tu ne sais pas ce qui va arriver le jour suivant, tu ne sais pas si tu seras vivant le jour suivant. Un instant change tout … C’est très facile ainsi, très facile, mais dans la vie c’est différent. ... »

Jesus ARBUES se considère comme un dramaturge et non un écrivain. Il a mis en scène une vingtaine de spectacles dont beaucoup ont été primés des deux côtés de la frontière.
C’est le cas de cette pièce qu’il a écrite la nuit et travaillée avec ses acteurs le jour, en un mois, dans l’urgence – c’est peut-être pour cela qu’elle va à l’essentiel - et dont le titre est emprunté à un vers du magnifique poème d’ Antonio Machado :

« Retrato : … Y cuando llegue el día del ultimo viaje
Y esté al partir la nave que nunca ha de tornar
Me encontraréis a bordo ligero de equipaje
Casi desnudo, como los hijos de la mar. »

Annick HILAIRE

 

Discours de Claude Borget à l'ouverture des Journées du Livre d'Orthez, 2019:

« Ligeros de Equipaje » « Avec peu de bagages » est une pièce de théâtre de Jesús Arbués. Une pièce de théâtre est un spectacle vivant, qui est fait pour être vu et c'est pourquoi j'en ai abordé la lecture avec réticence…
Les choses deviennent tout de suite plus sympathiques quand on apprend que l'acteur un est le grand-père de l'acteur deux, son petit-fils. Les deux personnages vont échanger durant toute la pièce sur un épisode marquant de la vie du grand-père. Oh ce n'est pas un bien long moment. Quinze jours, mais quinze jours qui ont compté. Ce sont les quinze jours du mois de février 1939 au cours desquels 500000 Espagnols ont franchi les Pyrénées en fuyant les troupes franquistes. Le grand-père était l'un d'eux.
La pièce n'est pas vraiment un dialogue, elle n'est pas un monologue non plus ! L'acteur un et l'acteur. 2. vont enfiler les costumes de la cinquantaine de personnages dont ils racontent l'histoire tout au long de la pièce.
Une mise en scène minimale et un décor minimal qui vont s'adapter à merveille au sujet de la pièce dont le propos n'est pas de retracer les événements historiques. Non le sujet de la pièce c'est l'humain, c'est l'empreinte de l'histoire sur ce qu'il y a de plus humain dans les personnages, ce sont les fractures dans les familles dont les membres se retrouvent dans des camps opposés et se déchirent en traversant la misère, la peur, la lâcheté, le courage, et surtout la volonté de vivre à tout prix, bref de la pâte humaine pétrie sous nos yeux, au fil de la lecture, dans le grand pétrin de l'histoire…
 « Je me rends compte rapidement que le plus terrible n'est pas arrivé nous avons tous vu des morts dans les films, mais la mort dure une seconde, le plus terrible ce sont les moments qui viennent après... »
Et pour finir, je laisse à Jesùs Arbùes le mot de la fin : « Finalement, on a créé une fausse histoire pour raconter un exode véridique. C'était l'objectif. Car comme Machado a dit : « La vérité aussi s'invente. »
Merci aux Editions de la Ramonda de nous avoir fait découvrir après « Le curé d'Almuniaced » de Ramon Arana, il y a déjà quelques années, ce bijou de théâtre qu'est la pièce de Jesùs Arbùes « Avec peu de bagages », auquel nous sommes fiers de remettre une mention du jury des lecteurs des Plumes de Fébus, de cette 24 ème édition des Journées du Livre.

 

 

Paiement par chèque : éditer un bon de commande en cliquant ICI

Paiement par cartes Bancaire, Visa, MasterCard, Discover, American Express, Carte Aurore, Cofinoga ou Privilège, 4 étoiles, PayPal.

paiement par paypal

En cliquant sur le bouton ci-dessous une fenêtre va s'ouvrir, suivre les instructions.